Burgut Kurgan

Le site de Burgut Kurgan est installé sur un petit promontoire appartenant à une crête surplombant le vaste bassin du Maydan Say, un affluent du Sherabad Darya situé entre les villages actuels de Maydan, Karabag et Zarabag dans la partie orientale de la vallée de Pashkurt, dans le piémont des Monts Kugitang. Le site occupe la partie septentrionale de ce promontoire et se présente comme une enceinte ovale d’environ 60 x 45 m (d’orientation SSO-NNE) bordée par un mur de pierres, délimitant une zone de 0,23 ha.

Vue du site de Burgut Kurgan (© MAFBAP)

Le site a été exploré entre 2015 et 2017 sous l’égide de la mission tchèque en Ouzbékistan (dir. L. Stančo et Sh. Shajdullaev), avec la participation de l’équipe française, et depuis 2018 les recherches y sont menées par la MAFBAP.

Au vu de la forme du site, de sa taille, de sa topographie et de son emplacement, plusieurs hypothèses paraissaient se valoir concernant sa fonction : un enclos à bétail, un site d’habitat simple ou encore un petit site fortifié.

Afin de répondre au mieux à ces questionnements, neuf chantiers ont été implantés à ce jour, afin de couvrir en partie le centre du site, différentes portions du mur extérieur et la zone située à l’extérieur du mur.

Les fouilles ont permis d’établir de manière certaine que le site n’a été occupé que durant une seule période que l’on peut dater de l’âge du Fer ancien, durant la période dite Yaz I (env. 1500-1000 av. n.è.).

Les vestiges sont apparus dans un état de conservation variable. La partie centrale du site présente une forme de cuvette, qui semble résulter non du plan d’origine, mais de l’érosion, de l’eau ayant apparemment stagné à cet endroit au cours du temps. Les structures archéologiques sont très érodées dans cette zone. Les vestiges situés sur le pourtour du site présentent en revanche un très bon état de conservation et les couches stratigraphiques peuvent atteindre 1,60 m par endroit.

Le plan général de l’établissement a pu être dégagé, donnant à voir des constructions en briques crues qui se concentrent contre le mur d’enceinte. Les vestiges se rapportent à au moins deux phases successives d’occupation du site et d’utilisation du mur extérieur, interrompues par deux brefs horizons d’abandon, indiquant que le site a été habité pendant plusieurs siècles. La nature de l’établissement n’évolue pas clairement au cours de son occupation, malgré des transformations de son plan interne.