L’équipe

Johanna Lhuillier

Co-directrice de la mission, Johanna Lhuillier est Chargée de Recherche au CNRS (membre du laboratoire UMR 5133 Archéorient, CNRS/Lyon 2). Archéologue et céramologue, spécialiste de l’Asie centrale protohistorique, elle a participé depuis 2005 à des travaux de terrain et des études de collections archéologiques en Ouzbékistan, au Turkménistan, au Kirghizstan, en Afghanistan et en Iran. Elle a terminé en 2010 un doctorat sur l’âge du Fer ancien et la transition avec l’âge du Bronze en Asie centrale méridionale. Ses travaux postdoctoraux (Deutsches Archäologisches Institut 2011-2013) l’ont conduit à s’intéresser plus spécifiquement aux périodes achéménide et achéménide. Ses recherches actuelles portent sur la formation, l’organisation et l’évolution des sociétés d’Asie centrale à l’âge du Fer (continuité/discontinuité des assemblages matériels, des conditions de vie, du statut social et des évolutions urbaines).

http://www.archeorient.mom.fr/annuaire/lhuillier-johanna
https://univ-lyon2.academia.edu/JohannaLhuillier
https://hal.archives-ouvertes.fr/search/index/q/%2A/authIdHal_s/johanna-lhuillier/

Shapulat Shajdullaev

Co-directeur de la mission, Shapulat Bazarovich Shajdullaev est depuis 2005 professeur d’archéologie à l’Université d’État de Termez, où il est également directeur du département d’Histoire et d’Archéologie de l’Ouzbékistan. Il a été membre de l’Institut d’Archéologie de l’Académie des Sciences d’Ouzbékistan à Samarkand ente 1982 et 2005. Il a obtenu en 1990 son doctorat, avec une thèse portant sur la Bactriane septentrionale durant l’âge du Fer ancien, puis en 2009 il a terminé une thèse d’État sur les étapes de formation et de développement de la société sur le territoire ouzbek à partir de l’exemple de la Bactriane. Il est l’auteur de trois monographies et d’une cinquantaine d’articles. Il a été co-directeur de la mission germano-ouzbèke et est actuellement co-directeur de la mission tchéco-ouzbèke. Ses recherches actuelles portent principalement sur l’archéologie de la Bactriane durant l’âge du Bronze et l’âge du Fer ancien, ainsi que sur l’histoire de la formation des sociétés d’Asie centrale.

https://tersu.academia.edu/ShapulatShaydullaev

Julie Bessenay-Prolonge

Julie Bessenay-Prolonge est archéologue, spécialiste de la protohistoire de l’Iran et de l’Asie Centrale méridionale. Elle a soutenu en 2018 une thèse de doctorat consacrée aux régions du nord de l’Iran depuis le Chalcolithique jusqu’à l’Âge du Fer. Elle est actuellement chercheuse associée à l’équipe du Village à l’État au Proche et Moyen-Orient de l’UMR 7041 – ArScAn. Julie a également participé à de nombreuses fouilles archéologiques en France, mais aussi au Nakhitchevan (Azerbaïdjan), dans le sud du Turkménistan, et au Kurdistan irakien.

http://www.arscan.fr/vepmo/membres-de-lequipe-2/julie-bessenay-prolonge/
https://mae.academia.edu/JULIEBESSENAYPROLONGE

Jean-Baptiste Caverne

Ingénieur en Sciences de l’Information Géographique, Jean-Baptiste Caverne a étudié à l’École Supérieure des Géomètres et Topographes. Passionné d’Histoire et de Patrimoine, il applique ses compétences dans le domaine de l’Archéologie depuis presque dix ans. Durant plus de six années, il a assuré la responsabilité de la Topographie et de la Géomatique au sein du bureau d’études PALEOTIME, spécialisé sur les périodes Pré et Protohistoriques.  Par ailleurs, il participe assez régulièrement à des missions archéologiques en Asie centrale (Turkménistan, Afghanistan, Ouzbékistan). Le sujet des sites de hauteur fortifiés et celui de l’approvisionnement en matière première retiennent plus particulièrement son attention à travers le pendant cartographique qu’ils impliquent. Pratiquant assidu de sports de montagne, il se prépare à devenir aussi accompagnateur de randonnées.

http://aprage.fr/index.php/association/membres/18-jean-baptiste-caverne

Lionel Darras

Lionel Darras est ingénieur d’étude au CNRS, rattaché à l’UMR5133-Archéorient et spécialisé dans l’instrumentation géophysique appliquée à l’archéologie. Il a appliqué ses compétences en instrumentation géophysique depuis de nombreuses années dans différents contextes scientifiques, tout d’abord dans le domaine de l’océanographie sur les navires de l’IFREMER de 2000 à 2004 puis dans le domaine du suivi de glissements de terrain à l’UMR 5275-ISTerre de 2009 à 2014. Depuis 2014 au sein du laboratoire Archéorient, il réalise des projets instrumentaux (parties mécaniques, électroniques et logicielles) pour faciliter la réalisation sur le terrain des prospections géophysiques ainsi que le traitement de ces données. Il participe également à différentes missions archéologiques (Chypre, Azerbaïdjan, Kurdistan Irakien, Égypte) pour prendre en charge les prospections géophysiques. Depuis 2017 dans le cadre de la MAFBAP, il réalise une série de prospections magnétiques sur différents sites de l’oasis de Kayrit afin d’obtenir une cartographie des structures archéologiques présentes dans le sous-sol. Ces résultats viennent compléter les informations acquises par les prospections de surface et fouilles déjà réalisées par les archéologues et permettent d’arriver à une vision plus complète des modalités d’occupation de ces sites.

https://www.archeorient.mom.fr/annuaire/darras-lionel

Odiljon Khamidov

Odiljon Abduvokhidovich Khamidov est titulaire d’un Master de l’Université d’État de Termez. Il a été maître assistant entre 2010 et 2012 au Lycée académique de Termez, puis entre 2012 et 2016 à l’Université d’État de Termez. Il prépare actuellement une thèse de Doctorat à l’Institut d’Archéologie de l’Académie des Sciences d’Ouzbékistan à Samarkand sous la direction de Shapulat Shajdullaev, portant sur les nouveaux sites d’époque Kuchuk I en Bactriane septentrionale. Ses centres d’intérêt portent sur l’archéologie de l’Asie centrale pendant la période Yaz I, l’histoire et l’archéologie de la Civilisation de l’Oxus (BMAC), l’étude des textes avestiques et de la culture matérielle. Depuis 2014, il est membre de la mission archéologique tchéco-ouzbèke (dir. Sh. Shajdullaev et L. Stančo), dans laquelle il travaille sur les sites de l’âge du Fer ancien. Dans le cadre de la MAFBAP, il travaille principalement à Kayrit-Tepa. Il mène également des prospections afin d’établir la carte archéologique du nord de la province du Surkhan-Darja.

https://tersu.academia.edu/OdiljonKhamidov

Marylise Marmara

Marylise Marmara est archéologue, ingénieure d’études à l’Université Lyon 2 et membre des laboratoires UMR5133 Archéorient et UMR5138 ArAr. Elle a participé depuis 2003 à des fouilles archéologiques programmées et depuis 2006 à des opérations d’archéologie préventive sur des sites du Néolithique à l’époque contemporaine, terrain et étude. Elle a assuré la responsabilité de fouilles d’occupations néolithiques et protohistoriques en France.

https://www.archeorient.mom.fr/annuaire/marmara-marylise

Alisher Shajdullaev

Alisher Shapulatovich Shajdullaev a obtenu son doctorat à l’Université Nationale d’Ouzbékistan Mirzo Ulugbek de Tashkent, université dans laquelle il enseigne depuis 2013 (département d’Archéologie). Il a participé à des nombreuses fouilles en Ouzbékistan, sur les sites prestigieux de Dzharkutan, Tilla bulak, Arabulak, Kayrit-Tepa, Dzhandavlattepe, Afrasiab. Entre 2006 et 2010 il a participé comme membre de la mission archéologique ouzbéko-allemande aux fouilles sur des sites de l’âge du Bronze dans la vallée de Sherabad. Depuis 2009, il a participé à de nouvelles prospections et fouilles dans cette même vallée en tant que membre de la mission archéologique ouzbéko-tchèque. Ses recherches portent sur l’âge du Bronze et l’âge du Fer en Asie centrale et en particulier sur la glyptique de l’âge du Bronze.

https://nuu.academia.edu/AlisherShaydullaev

 

Camille Hut

Camille Hut est titulaire d’un Master de l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, obtenu en 2018. Elle est spécialisée sur l’Asie centrale méridionale protohistorique, et plus particulièrement sur l’archéologie funéraire de la Civilisation de l’Oxus (BMAC). Depuis 2019, elle prépare une thèse de Doctorat à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction de Pascal Butterlin et de Julio Bendezu-Sarmiento (rattachée à l’UMR 7041 – équipe VEPMO et à l’UMR 7206 – équipe ABBA). Ses recherches de doctorat portent sur l’espace funéraire et son utilisation par la communauté des vivants à Gonur Dépé et en Margiane à l’âge du Bronze Moyen et Final. A partir de 2017, elle s’est spécialisée dans la fouille de sites archéologiques protohistoriques en contexte aride et semi-aride, dans la Péninsule Arabique, ainsi qu’en Asie centrale (Ouzbékistan, Turkménistan, Kirghizstan).

https://univ-paris1.academia.edu/CamilleHut

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est manu1-500x473.jpg.

Emmanuelle Regagnon

Emmanuelle Régagnon est ingénieure d’étude à Archéorient, spécialisée en relevé de terrain et en SIG pour l’archéologie. Elle participe à différents programmes scientifiques par la création de bases de données spatiales. En mission, elle les alimente au moyen de plusieurs techniques de relevé, vectorielles ou photogrammétriques, qui varient en fonction de la problématique et des contraintes du terrain. En coopération avec l’équipe, elle retranscrit sa contribution sous forme de cartographies, thématiques ou d’inventaires.Investie dans la transmission des connaissances, elle est responsable de plusieurs stages sur le sujet, auprès des chercheurs et des étudiants. Elle est également impliquée dans la vie de l’antenne ardéchoise du laboratoire, à la commanderie de Jalès.

https://www.archeorient.mom.fr/annuaire/regagnon-emmanuelle

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est mael-500x375.jpg.

Maël Crepy

Maël Crépy est géographe et géoarchéologue, spécialiste des interactions entre sociétés et environnements arides ou semi-arides à l’Holocène récent. Après une thèse portant sur les oasis de la dépression de Kharga, dans le désert Occidental d’Égypte, il a contribué à de nombreux projets portant sur des zones désertiques ou steppiques, en Tunisie, aux Émirats arabes unis, en Ouzbékistan et en Égypte. Chercheur associé au laboratoire Archéorient depuis 2017, il a rejoint en septembre 2021 l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire (Égypte) en tant que membre scientifique. Il y développe un programme de recherche portant sur l’évolution socio-environnementale des marges désertiques de l’Egypte depuis les premiers temps de l’Ancien Empire égyptien jusqu’à nos jours. Il participe actuellement à six missions archéologiques (cinq en Égypte, et la MAFBAP en Ouzbékistan), dont la Mission Archéologique Française du Désert Oriental (MAFDO) dont il est également directeur. Il a rejoint la MAFBAP en 2019 afin d’étudier l’exploitation des ressources en eau et l’évolution des environnements à l’Holocène. Dans le cadre du programme TransOxus, il participe à l’encadrement du doctorat de géographie d’Eloïse Pont-Campos (titre provisoire : Trajectoires d’adaptation dans un piémont semi-aride : géohistoire de l’irrigation dans la province du Surkhan Darya, Ouzbékistan).

https://www.archeorient.mom.fr/annuaire/crepy-mael

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est photo_epc-413x500.jpg.

Eloïse Pont-Campos

Eloïse Pont-Campos est doctorante en géographie et prépare une thèse de géoarchéologie intitulée « Trajectoires d’adaptation dans un piémont semi-aride : géohistoire de l’irrigation dans la province du Surkhan Darya, Ouzbékistan ». Elle est dirigée par Michel Rasse (Université Lyon 2) et co-encadrée par Johanna Lhuillier et Maël Crépy depuis décembre 2021, au laboratoire Archéorient (UMR 5133). Son travail s’inscrit dans le projet de recherche de l’ANR TransOxus de la MAFBAP, et vise à établir une meilleure compréhension des dynamiques socio-environnementales de la région des sites archéologiques étudiés. Son parcours de géographie environnementale constitue un socle théorique et pratique essentiel dans la lecture du paysage et la reconstitution paléoenvironnementale des piémonts semi-arides du Kugitangtau. L’objectif de recherche axé sur la compréhension du fonctionnement des sociétés en lien avec les dynamiques du milieu se base principalement sur une étude spatiale du développement de l’irrigation, de la période actuelle aux premières traces de son utilisation dans la région. La prospection et l’étude de la géomorphologie, les fouilles géoarchéologiques avec relevés sédimentaires, et la mise en place de l’enquête auprès des habitants constituent les principales méthodes utilisées pour y parvenir.

https://www.archeorient.mom.fr/annuaire/pont-campos-elo%C3%AFse

 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est img_3502lkj_0-500x500.jpg.

Ella Kempf

Titulaire du Master Quaternaire, Préhistoire, Bioarchéologie, Ella Kempf est actuellement en préparation d’une thèse de Doctorat au Museum National d’Histoire Naturelle. Sous la direction de Margareta Tengberg (AASPE – UMR 7209, MNHN-CNRS), Erwan Messager, (EDYTEM – UMR 5204, CNRS-USMB) et Johanna Lhuillier (Archéorient – UMR 5133, CNRS-ULL2), elle étudie les phytolithes et le matériel carpologique issus des sites archéologiques de l’oasis de Kayrit (Surkhan-Darya), fouillés par la MAFBAP. Ses recherches portent sur la reconstitution des pratiques agricoles en milieu semi-aride à l’âge du fer ancien. Grâce au croisement de l’archéobotanique et d’observations ethnologiques, elle s’intéresse aux différentes étapes de récolte, transformation et conservation des végétaux, ainsi qu’aux choix des espèces cultivées dans cet environnement contraignant.

https://archeozoo-archeobota.mnhn.fr/fr/annuaire/ella-kempf-9018

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search