La mission

La Mission de Bactriane protohistorique a pour objectif l’étude des dynamiques de peuplement dans une région choisie de Bactriane ancienne (Ouzbékistan), l’Oasis de Kayrit, lors l’âge du Fer (2e moitié du IIe mill. et Ier mill. av. n.è.).

La zone d’étude se trouve dans la partie nord-ouest du District de Sherabad dans la province du Surkhan-Darya (sud de l’Ouzbékistan), au nord du village de Pashkurt dans le piémont des monts Kugitang. Pashkurt constitue le centre naturel de la plus large vallée du piémont, elle-même formée de plusieurs oasis bien irriguées, dont la plupart sont restées inexplorées. Nos recherches se concentrent sur l’une d’entre elles, l’Oasis de Kayrit, comprise dans la zone délimitée par les villages modernes de Maydan, Karabag et Zarabag et centrée sur le village éponyme.

Le site de Burgut Kurgan et les monts Kugitang à l’arrière-plan (© MAFBAP)

Le choix de cette zone très peu explorée à ce jour s’est fait suite à la découverte en 2014 d’un premier site de l’âge du Fer, Burgut Kurgan, par nos collègues de la mission tchèque en Ouzbékistan (dir. Ladislav Stančo et Shapulat Shajdullaev), qui a débouché dès l’année suivante sur une collaboration étroite avant la création en 2018 de la Mission archéologique française en Bactriane Protohistorique.

Les travaux menés depuis lors ont révélé une occupation totalement inédite de l’Oasis de Kayrit : pour la première fois, plusieurs sites de cette période sont documentés en zone de moyenne montagne (contreforts des monts Kugitang, 850-1000 m d’altitude), alors que l’ensemble des sites connus jusqu’à présent pour l’âge du Fer ancien se trouvaient en zone de basses vallées. Ces sites présentent une configuration extrêmement rare en Asie centrale puisqu’ils sont occupés uniquement durant l’âge du Fer ancien, permettant pour la première fois de documenter cette période sans crainte de perturbations chronologiques.

En Asie centrale, le début de l’âge du Fer voit l’émergence des cultures dites Yaz I, constituées de populations sédentaires agropastorales. Cet ensemble culturel succède à la brillante et célèbre civilisation de l’Oxus de l’âge du Bronze et sera suivi presque un millénaire plus tard par la conquête achéménide, période florissante qui verra l’apparition des premiers textes dans la région. Traditionnellement, ces deux grandes périodes ont focalisé l’attention chez les chercheurs soviétiques et étrangers, alors que l’âge du Fer a pâti d’un manque d’intérêt dû à l’absence de matériel « de prestige » et à un habitat très simple. Pourtant, cette période est aussi celle d’une grande richesse culturelle : des bouleversements idéologiques majeurs se produisent (notamment le remplacement des inhumations par le décharnement des corps, probablement en lien avec la formation d’un proto-mazdéisme), qu’il faut sans doute mettre en rapport avec la problématique indo-iranienne/indo-aryenne.

Pour des raisons liées à l’histoire de la recherche, l’âge du Fer est ainsi resté le « parent pauvre » de l’archéologie centrasiatique. À ce jour, seule une quinzaine de sites de l’âge du Fer ancien sont connus dans le sud de l’Ouzbékistan, correspondant durant la protohistoire à la Bactriane septentrionale. Ces sites sont regroupés en oasis dans les vallées fertiles, dont les deux principales sont l’oasis de Sherabad, avec les zones de l’Ulanbulak-saj (Kuchuk-tepe, Kul’tepe) et du delta de la Sherabad-darja (Dzharkutan, Dzhandavlattepa), et l’oasis de Bajsun, avec la région de Bandykhan (Majdatepa) et la région de Mirshade (Mirshade, Bujrachi-tepe I et II, Kyzyl-tepe, Kyzylcha 6). Peu de sites de cette période sont donc bien connus et l’âge du Fer ancien apparaît  comme un champ de recherche à haut potentiel en Asie centrale. De nombreuses questions demeurent irrésolues, parmi lesquelles les principales sont : qui sont les populations du début de l’âge du Fer ? Sont-elles nouvellement arrivées ou bien s’agit-il des populations locales qui ont évolué ? Entretiennent-elles des liens avec les populations nomades voisines des steppes ? Et quelle est leur structure économique, sont-elles vraiment des cultures sédentaires ?

Son emplacement exceptionnel dans une zone d’altitude précédemment non documentée, son architecture unique pour la période et l’homogénéité de son assemblage matériel font de l’Oasis de Kayrit une zone idéale pour mener des recherches de terrain et pluridisciplinaires plus approfondies afin de répondre à ces questionnements. Trois axes de recherche sont privilégiés : l’étude des établissements et des habitats de l’âge du Fer ; l’étude de l’économie de subsistance ; la caractérisation de la culture matérielle.